De nos jours, le marché de la pêche est très fourni en leurres souples, et permet ainsi aux pêcheurs de trouver ce qu’ils souhaitent, en fonction de leurs envies et sensibilités pour traquer les carnassiers de leur choix. Il arrive également que cela puisse se transformer en véritable casse tête ! J’ai choisi au travers de cet article de vous présenter un de ces leurres disponibles, à savoir le SUBMISSON qui est l’un de mes coups de cœur de ces deux dernières années, notamment pour la pêche des brochets en lac alpin.

IMG_1210 (2)

Ce shad, né en 2014 dans les ateliers de la Royal Factory est d’abord sorti en version pré-armée de 8’’,  avec une armature interne permettant l’installation de deux triples.

SubMission-Technical-Image-480x295

 

Le Submission pré-armé est sorti en quatre versions :

  • slow sinking, 80 grs, idéal pour la prospection des zones shallows ;
  • medium sinking, 90 grs, pour les pêches dans des profondeurs comprises entre 2 et 5 mètres ;
  • fast sinking, 105 grs pour les pêches entre 5 et 15 mètres ;
  • Xfast sinking, 135 grs pour les pêches au delà de 15 mètres.

 

Ces profondeurs de prospections sont données à titre indicatif. Evidemment, il est possible d’attirer des poissons avec un 105 grammes dans 2 mètres d’eau.

IMG_1177 (2)

En 2015, une version non armée est venue compléter la gamme afin que chaque pêcheur puisse monter le shad comme il le souhaite. Le paddle du submission imprime une nage serrée avec un faible rolling. J’utilise de préférence la taille 20 cm qui m’apporte une régularité pour la traque du brochet. Ce shad existe dans une vingtaine de coloris, ce qui permet de s’adapter aux milieux arpentés et à l’humeur des poissons.

 

 

 

 

 

L’automne est là et notre ami commun « Esox lucius » fait ses réserves pour l’hiver et c’est aussi le moment où le fourrage se regroupe en gros bancs souvent très denses. C’est autour de ces bancs que l’action de pêche se déroule. En règle générale, ces bancs se situent dans des profondeurs allant de 14 à 25 mètres. L’utilisation d’un bon sondeur devient donc indispensable. Pour ma part, je fais confiance à mes HDS de chez Lowrance. Ci-dessous, vous pouvez voir une concentration de petites perches.

shot067

Je place le bateau de manière à être en retrait de ce banc de poisson. Ceci me permet dans un premier temps de peigner ses alentours pour ensuite passer carrément à travers si la première approche ne donne rien. Souvent, le mouvement de panique ainsi créé au milieu de ce fourrage permet de déclencher quelques touches.

L’eau étant très claire en ce moment avec une visibilité à plus de 6 mètres, j’opte pour un coloris naturel, un de mes préférés, le Hitch. Le submission est monté avec une tête plombée ronde dans un grammage situé entre 30 et 40 grammes, avec un triple ventral 1/0, à peine plus large que le leurre.

A cette époque de l’année, avec le refroidissement des eaux, l’action de pêche est minime, mais les touches restent quant à elles, très brutales ! En règle générale, j’opte pour du linéaire relativement lent entre le fond et 5 mètres au-dessus de celui-ci.

Je lance sur le début du cassant, je donne 5-6 mètres de bannière avant de fermer le moulinet et je laisse descendre le submission jusqu’au fond tout en restant très concentré. Après contact avec le fond, je récupère quelques tours de moulinets et je laisse planer le leurre à nouveau. Avec l’habitude, on arrive à savoir quand reprendre de la bannière afin d’éviter de toucher le fond et c’est très souvent pendant la phase planante que le submission se fait atteler.

 

Ici, vous pouvez voir la capture en direct d’un joli spécimen venu intercepter mon submisssion lors de la phase de remontée à la sortie d’un banc de fourrage.

IMG_1143 (2)shot072

 

Voici quelques photos de brochets pris au cours de l’automne…

IMG_1141 (2)IMG_1155 (2)IMG_1166 (2)IMG_1182 (2)IMG_1173 (2)

 

Quant aux autres saisons, le submission reste une valeur sure, avec des montages et grammages différents comme vous pouvez le voir sur les clichés qui suivent…

P1010062 P1010085P1010065

Halieutiquement

Ludovic Wilheine