Une fois n’est pas coutume, les moments forts que ce billet relate ne concernent pas uniquement la pêche. C’est le lot et aussi l’intérêt des trips de pêche de découvrir coutumes, paysages et diversité. Cap sur Làtrabjarg un des sites les plus mythiques pour ses folles colonies d’oiseaux marins.

100_0782

Pour une fois, ce ne sont pas des écailles que nous sommes venus traquer mais des plumes. Des plumes qui vivent de pêche, des plumes qui pêchent bien mieux que nous, et dans n’importe quelles conditions. Tout comme les poils des phoques gris qui prospèrent sur tout le littoral. Ici, au bout de dizaines de kilomètres rocailleux et sinueux, la pointe la plus à l’ouest d’Europe se dresse devant l’horizon qui ne nous a jamais semblé plus pur. En cette saison de nidification, y logent des millions de Macareux moine, Guillemots de Troil, Pingouins torda, Fulmars boréaux et Mouettes tridactyles. Autant d’oiseaux qui me sont familiers sur la pointe finistérienne, mais pas dans de telles proportions !! Ce sont donc des railleries incessantes parfumées de tenaces odeurs de fientes poissonneuses qui nous accueillent mais surtout un ballet de planés, de piqués, de becottages qui laisse forcément un peu pantois. Encore une fois on peut mesurer pleinement la Nature en ces contrées si préservées…

DSC01860 DSC01880 DSC01868

DCIM100GOPRO

Retournons à nos moutons (expression on ne peut plus adaptée à l’Islande puisqu’ils y pullulent partout et nulle part) ou plutôt à nos adipeuses. Celles des saumons notamment. Comment résister à refaire ce petit détour pour accéder au meilleur spot que nous ayons pêché pour l’instant (#4) ? Nous n’aurons même pas atteint les fameux pool remplis de torpilles avant que Leifur et Ragnar, deux montagnes blondes ne nous rattrapent pour nous signifier poliment mais avec le regard glacial du viking que ce cours d’eau est à eux et leur aïeux…Certes, milles excuses messieurs, nous sommes confus, nous abandonnons le poste de ce pas et vous remercions de votre courtoisie ; et surtout de ne pas nous mettre une dérouillée façon maison de glace… Après ce petit coup de pression, rien ne vaut une session détente sur la route d’un grand lac prometteur que nous avions repéré sur l’aller . Pause rockfishing pour quelques nouveaux flets au DivinatorS.

DSC01910

Apparemment, saumons et Truites de mer remontent sur le Vatnsdalsvatn.

100_1002

L’islandais n’étant pas une langue facile, il est aisé de dériver de quelques pas dans une réserve, le seul spot où nous toucherons un poisson ce soir. Un superbe mâle d’arctic shar lui aussi trompé par le Strout 3.5 colori vairon.DSC01911

Pour la suite, c’est à dire le long coup du matin, on tombe dans le creux, dans l’incompréhension la plus totale. Pas une tape sur les kilomètres de berges prospectées. Seuls quelques traditionnels moutons et Canards arlequins vont égayer la promenade de nos leurres. Et puis les paysages quand même !

DSC01948 DSC01951 100_0998

Malgré ce magnifique capot, on est bien , heureux d’être là sous le soleil enfin revenu. Demain sera meilleur…

On reprend la route du sud pour IStroutlande #7…