Le gros de la tempête est passé, plus que quelques gouttes volent horizontalement au milieu des bourrasques. Bien réchauffés, propres et regonflés à bloc, on se rapproche du Saudlauksdalsvatn tout en essayant de localiser des petits fleuves où aucune pourvoirie n’officie ; juste pour lancer furtivement et discrètement dans des vives eaux. La population islandaise est très peu dense mais omniprésente sur le territoire grâce à un habitat très dispersé, notamment aux alentours des potentielles sources de mucus. Notre quête est donc délicate. Qu’importe, voilà un beau lot de consolation qui se présente devant nous : le fond du Patreksfjördur, un immense fjord un peu abrité!

100_0797

Le mouvement des marées établit un fort courant à l’entrée de l’estuaire et la curiosité nous pousse à jeter un coup d’oeil, puis de canne bien sûr,  sous le pont de la digue. L’eau est ici bien salée puisque ce sont des fucus qui se font lentement immerger par la marée montante. Faute de réussir à piquer un des saumons ou Truites de mer qui ont suivi nos leurres, à notre plus grande frustration d’ailleurs, on passe en mode rockfishing car ça bouge sur le fond. Et on va avoir du fun avec des espèces loin de nos préoccupations initiales ! Un chouette moment à pêcher à vue des flets et autres chabots, au mini jig ou pour ma part au DivinatorS 2,5″ Ivory.

DSC01909 IMGP2745

Même si la pêche est l’essence de notre trip, on ne peut être insensible aux incontournables touristiques. En l’occurrence, sur la route du lac de sable (enfin tout est relatif, en faisant un petit détour d’une dizaine de kilomètres sur une piste de montagne en une bonne heure pour être précis), est annoncée une des plus belles plages du monde : Raudasaudur. On se doute que vu la météo, on ne risque pas d’y trouver sea sex and sun mais ça vaut le détour d’autant qu’un cours d’eau qui semble sympathique se jette dans le grand océan non loin…

DSC01729

Je précise que la prise de ce cliché où on aperçoit à droite le bout de cette dite plage de 10 km de long nous a valu le retournement de la deuxième portière avant. Un détail devant la magnificence de cet immense banc de  sable ocre…C’est qu’il reste du vent du côté océanique! Et de la pluie. On tente notre chance au niveau de la confluence du petit fleuve repéré sur carte. Un flop. Plus en amont, à quelques centaines de mètres, on croit distinguer des remous qui traduisent la fin de la pente du cours d’eau, donc un faciès différent. Même si à ce moment la motivation est descendue d’un cran, la destruction progressive de notre véhicule et la météo rude faisant, un signe du Powaa me dit que c’est la-haut que ça se passe. Allez les gars, on fait l’effort. Bien nous en a pris puisque sur le premier plat qui se dessine au dessus du niveau de la pleine mer, on fait un triplé au premier lancer ! Trois Truites de mer d’une cinquantaine de centimètres!

IMG_3461

Le spot est dingue, nous enchainerons un dizaine de poissons du même acabit sur à peine 100 m² pour peut être autant de loupés. Une frénésie qui justifie le déplacement et qui entraine la jubilation tant les combats sont violents. Karim varie les espèces pour agrémenter le tout : un longiligne artic shar de rivière! Et moi j’étrenne mon Strout 3.5 qui fait un malheur.

IMGP2747 IMG_3463

Un deuxième plat similaire juste en amont donnera le même résultat, c’est l’extase.

Mais il y a autre chose ici. Des touches particulièrement puissantes et vives,  suivi d’un crissement de frein instantané. Des poissons qui nous mettent directement au supplice, qui mettent à mal notre désormais fébrile matériel. Des fishs qui se décrochent, qui nous cassent mais dont certains laissent miroiter leur flancs majestueux.

Je donnerais n’importe quoi pour pouvoir revivre ces coups de ligne, sans doute les plus beaux de ma pauvre vie de pêcheur.

Image1 100_0846

L’Islande vient de se livrer à nous. Et le Strout 3.5 de m’offrir des joyaux…

Nous pouvons désormais rejoindre le Saudlauksdalsvatn car bizarrement, nous ne toucherons plus un poisson plus haut. Le début de cette journée fut dense et appelle une suite aussi riche. Assurément dans IStroutlande #5 …